Les réflexes primitifs & posturaux

Les réflexes primitifs qui se forment avant la naissance et durant la première année posent les fondations de la suite du fonctionnement neurologique et comportemental. Ces réflexes sont des réponses stéréotypées à des stimulations spécifiques et sont exécutés sans implications conscientes. A mesure que le cerveau se développe, ils sont graduellement inhibés durant les six premiers mois de la vie et remplacés par des réflexes posturaux.

Les réflexes posturaux
 qui se forment ensuite établissent la structure qui va permettre à d’autres systèmes d’opérer efficacement par la suite. Ils fournissent les bases du contrôle inconscient de la posture, de l’équilibre et de la coordination dans un environnement sous gravité. 

La transition des réflexes primitifs au contrôle postural n’est pas automatique. C’est un processus graduel où des schémas de réponse plus matures prennent la place de réponses-réflexes primitives. Si cela ne se passe pas au bon moment, on peut arriver à un retard du développement chez l’enfant. Il peut, par exemple expérimenter des problèmes avec l’équilibre et la coordination. 

Plusieurs études ont montré que la plupart des enfants avec des troubles de l'apprentissage, de la motricité et du comportement ont des réflexes primitifs persistants et un retard dans le développement des réflexes posturaux. Il est donc essentiel de pouvoir évaluer ces réflexes afin de pouvoir agir correctement avec des enfants montrant des troubles du comportement.

Libérer l’Intelligence par le Mouvement
Le programme "Libérer l'Intelligence" par le mouvement utilisé au cabinet a été conçu pour découvrir les réflexes immatures encore présents chez l’enfant et pour les corriger en recréant les mouvements que l’enfant fait normalement dans sa première année. Cela permet à l’enfant de repasser par les étapes qu’il aurait manqué, d’inhiber les réflexes primitifs encore présents et donc d’acquérir les réflexes posturaux nécessaires à son bon développement.

Tout ce que l’enfant apprend est connecté au contrôle du mouvement. Lire, par exemple, dépend du développement de mouvements stables des yeux, indépendamment de la tête. Ecrire implique la coordination entre la main et les yeux. Si l’enfant n’a pas inhibé certains réflexes primitifs, il lui sera très difficile d’apprendre soit à lire, soit à écrire. Et ce n’est pas en le forçant à apprendre à lire que cela va s’améliorer. Ce n’est qu’après s’être occupé des réflexes encore présents qu’il pourra apprendre à lire et à écrire.

Cabinet vis-ta-vie
Av. de la Gare 3
3960 Sierre

Téléphone 
+41 27 456 79 00
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.